gif

Alchimie en Brionnais : la tour de Montceaux-l’Étoile, le marquis Abel de Vichy et Joseph Balsamo, comte de Cagliostro

Tour de Montceaux-l'Étoile vue du côté Nord Joseph Balsamo dit Cagliostro

Tour de Montceaux et Cagliostro faisant de l'alchimie avec le prince de Rohan
- Cliquez sur une illustration pour l'agrandir -

info D'après un article paru dans Le Journal de Saône-et-Loire en septembre 2003

Les membres de l'association " Les Amis de l'église de Montceaux-l'Étoile " ont présenté durant ce week-end, les travaux qui allaient bientôt commencer dans l'église, tout en faisant un peu d'histoire. Abel de Vichy, seigneur du lieu, a fait démolir l'abside circulaire de l'église pour y construire une chapelle funéraire pour lui-même et son épouse, Claudine de Saint Georges. En 1775, la marquise meurt en mettant au monde son deuxième enfant. Suite à son chagrin, Abel de Vichy voyage et rencontre un personnage étrange : Joseph Balsamo qui se fait appeler le comte de Cagliostro et qui se dit alchimiste. C'est pour Cagliostro que Abel de Vichy aurait fait construire la tour de Montceaux-l'Étoile, pour en faire un cabinet d'alchimiste. Cette tour, haute de 17 mètres avec un magnifique escalier de 99 marches, a été érigée aux environs de 1780-1785, mais rien ne permet pourtant d'affirmer que Cagliostro y a réellement séjourné. Cette petite touche de mystère contribue au succès de l'édifice. Lors de ce week-end, le propriétaire actuel de la tour, Jean-Paul Ducroux et les " Amis de l'église " ont fait visiter et expliqué sans relâche son histoire aux nombreux visiteurs. C'est la première fois que la tour ouvrait ses portes au public.

info Notes de Théodore de Foudras à propos de la relation entre Cagliostro et son mécène, le marquis Abel de Vichy : « Les Vichy passaient avec raison pour être de très grands seigneurs avant la révolution de 1789. Ils avaient de fort belles alliances, des propriétés magnifiques un peu partout, et la réputation d'être presque tous originaux par le caractère et bizarres dans leurs goûts. Abel de Vichy, chef de la branche aînée, possédait une fortune considérable dont il avait d'abord employé les revenus pendant plusieurs années à l'entretien d'une superbe ménagerie rassemblée à grands frais par lui dans les communs de son château de Monceau, en Charolais. Plus tard, il se passionna pour le Sicilien Gagliostro, dont il se fit successivement l'admirateur, le prôneur, l'ami, le soutien, et en quelque sorte le complice, puisqu'il voulut absolument le suivre en Angleterre après la malheureuse affaire du collier (de la reine). Le thaumaturge escamoteur, malgré tous ses beaux secrets pour faire de l'or, n'aurait pas dîné tous les jours à Londres sans le marquis de Vichy. Ce dernier, avant de quitter la France, avait vendu, au prix de 600 000 livres, un des plus beaux immeubles de sa maison, la cour du Dragon, à Paris, et cette énorme somme passa tout entière par les mains de Cagliostro, qui s'en servit très probablement pour allonger la litanie déjà trop nombreuse de ses dupes. Ce cornac de bêtes féroces et d'aigrefins est mort obscurément pendant l'émigration, laissant deux fils, l'aîné Abel (Abel Claude Goëric Cécile comte de Vichy, 1765-1832), qui n'avait pas accompagné son père en exil, et le cadet (Gaspard Félix, 1767-1805) qu'on appelait le comte de Saint-Georges, qui ne tarda pas à suivre son père dans la patrie de tout le monde. » (Marquis Théodore de Foudras, La Vénerie contemporaine, 1879.)

info Photo de la tour

info Abel-Claude-Marie-Marthe de Vichy (1740-1793) par Jean-Baptiste Derost

pdf En savoir plus sur les possessions du marquis Abel de Vichy en Bourgogne (source : La Revue de Bourgogne, 1920, vol. 8, BnF/Gallica)

info Appartenance de Joseph Balsamo comte de Cagliostro (1743-1795) à des loges maçonniques (source : BnF, fichier Bossu 13)

info Fiche monument de la tour du château de Montceaux-l'Étoile établie en 1974 par Anne-Marie Oursel (AD71, inventaire du patrimoine) :

Situation exacte : en bordure de la RD 130 ; à 0,200 km du chef-lieu, au Nord,
Date de construction et principaux remaniements : XVIIIe-XIXe siècles,
Destination actuelle : privée,
État de conservation : satisfaisant.

Cette tour dépendait du château de Montceaux ; elle fut édifiée, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, par Abel de Vichy-Champrond, pour abriter ses travaux alchimiques et, dit la légende, ceux de Cagliostro avec qui il était très lié. La tour était distante du château de 300 mètres environ ; ce dernier était au bord de l’Arconce, vers le pont actuel ; il n’en subsiste qu’un bâtiment de dépendances ”l’Orangerie”.

« L’ancienne et belle tour qui, autrefois, faisait partie d’un ancien château seigneurial » (Annuaire de Saône-et-Loire de 1900), subsiste encore aujourd’hui ; elle est constituée par un haut soubassement couronné par un entablement dont la corniche est soutenue par un rang de denticules ; au-dessus, étage creusé de fenêtres rectangulaires et corniche saillante.

Le domaine dont dépend cette tour comporte, par ailleurs, une maison de maître, basse et allongée que sépare de la tour un bâtiment de dépendances disposé dans un axe perpendiculaire.

Le château de Montceaux-l'Étoile sur le cadastre napoléonien de 1839

Emplacement de l'ancien château de Montceaux-l'Étoile sur une carte IGN

Emplacement du château de Montceaux-l'Étoile en 1839 (cadastre napoléonien) et actuellement (carte IGN, lieux-dits la Tour et le Château)

Orangerie de l'ancien château de Montceaux-l'Étoile en 2019

Orangerie de l'ancien château de Montceaux-l'Étoile

Joseph Balsamo dit Alexandre comte de Cagliostro - Crédit : BIU Santé

Joseph Balsamo dit Alexandre comte de Cagliostro (Crédit : BIU Santé)

- Cliquez sur une illustration pour l'agrandir -
gif